Chantal Chawaf
 

 Premières pages
extraits et présentations

 Bibliographie complète

 Biographie

 
Actualité


 
Pages
manuscrites



 Etudes
critiques


 
liens

 

 

 
   
 

 

Retable, la Rêverie

Editions des femmes, 1974. Réédition, 2004
Egalement en cassette, lu par l'auteur, aux Editions des femmes, 1981
Traduit en anglais : Mother Love, Mother Earth, traduction de M. F. Nagem, 1993, Garland Publishing
Retable Chantal Chawaf
   
  Première page
   I- Naissance

Cornue, l'herbe laiteuse éclabousse, étincelle, charrie en son courant vert, poils, plumes, cheveux, graines, ongles, nageoires s'entrelaçant, rayonnés par la membrane, paroi, pâte, laine d'entrailles, fruitière, lunaire, derrière les chênes, derrière les châtaigniers. Les débris, le mucus mouillent l'air, le petit marche, l'enfant comme l'appel hululé d'un adulte malade, comme le grelottement de se coucher, décharné, en position embryonnaire, sous la voûte cranienne, à l'emplacement de la lésion. Les nations s'écrasent entre leurs mâchoires, comme de la viande de bœuf dans leur bouche...
 
   
  Descriptif
  Retable : procès corporel, tente de réaliser une naissance bien-heureuse et réussie, qui viendrait effacer le procès-verbal : froid document d'une naissance manquée.

Le bébé a été brutalement arraché au corps de sa mère.

Petite fille qui, devenue écrivain, va se charger du travail d'enfantement dont a été privée la mère par la mort.

Femme qui, comptant sur ses propres forces, va restituer à la mère la jouissance et la souffrance de la mise au monde.


Ce sont les premiers textes de l'auteur, qui déclare elle-même vivre pour écrire.
Le premier texte de cette publication en diptyque est composée de trois tableaux : Naissance, Portrait, Mausolée. C'est le récit d'une " enquête " menée par une petite fille auprès de ses parents adoptifs sur sa mère. Enquête difficile dans laquelle les parents adoptifs se montrent pudiques, exclusifs, mensongers. Trois discours, donc, au moins, une vérité douloureuse, déchirée : la petite fille est née du corps mourant de sa mère : c'était la guerre, les traces sont brouillées qui conduiraient à cette courte vie de 9 mois " avec " sa mère : il reste ces souvenirs du corps : une écriture qui rompt la tradition de la narration, qui renvoie au travail d'accouchement, au corps en travail, travaillé, excédant ses limites, sans plus de dedans ni dehors. De cette mise au monde déçue, de cet arrachement au corps de la mère, demeure le désir de ce manque : la fille accouchant à son tour d'une fille retrouve la voie du vieux monde des pulsions tissées dans le rapport au corps de l'autre, femme, comme elle qui l'engendre, comme celle qu'elle engendre. C'est le renversement de la quête du père.

Le deuxième texte. La Rêverie, n'est ni un roman, ni un récit, c'est l'histoire déroulée d'un acte d'amour dans ses replis, ses mouvements, ses odeurs... Le corps féminin y est tour à tour démantelé, reconstruit, déchiré, palpé, goûté, il y est nourriture généreuse, refuge monumental, il est ce corps non symbolisé, charnier sadique et caverne aux trésors pour l'homme, amant, enfant, fils. La Rêverie, c'est l'écrivain au masculin. Texte dans lequel l'instance masculine mène le jeu, trace les parcours sur et dans le corps, en fixe les repères, les déplace, jalonne le désir de sa marque.

Les deux textes de Chantal Chawaf, présentés en un seul volume, énoncent cette différence dite des sexes d'une manière imprévue et bouleversante, mettant en lumière ce qu'il en est d'une autre différence : la naissance d'un corps de femme et non plus la reproduction du corps maternel.
 
retour
http://www.chantal-chawaf.com